Ecrire un roman : créer un univers

L’univers représente la toile de fond ou tout simplement le décor de votre histoire. Construire ce contexte se révèle primordial pour y intégrer vos personnages.

La création de cet univers peut demander beaucoup de travail si votre récit se situe dans un espace ou un temps très éloigné de celui dans lequel nous vivons.

Si vous restez en France ou dans un pays francophone à notre époque, vous et vos lecteurs maîtriserez plus facilement le sujet. Vous ne serez pas confronté à la nécessité de vous transporter dans un monde parallèle. En revanche, même si vous placez votre intrigue dans un territoire connu, mais qu’elle se passe au moyen âge ou dans les années 1960, vous devrez l’intégrer au contexte du moment. Pareillement si vous changez de contrée, l’auteur doit maîtriser les coutumes et les modes de vie du lieu accueillant son récit.

Cependant, la construction de votre univers se complique si vous écrivez de l’anticipation ou de la fantasy. En effet, si votre épopée se déroule dans 2 millions d’années quelque part sur une planète imaginaire de notre voie lactée ou que vous l’implantiez dans un royaume fantastique totalement inventé, vous aurez pratiquement tout à créer. Et tout cela, en détaillant au mieux et en gardant une grande cohérence pour permettre à votre lecteur d’adhérer.

Cela étant que vous écriviez un roman contemporain, historique, de fantasy ou de fiction, vous ne pouvez pas vous exonérer d’une construction minimum du contexte de l’action. Les deux premières situations vous demanderont plutôt un travail de recherches et les deux dernières un réel pouvoir d’imagination. En effet, si vous voulez être crédible et cohérent, vous devez explorer de nombreux détails avant de commencer la rédaction proprement dite. Je vous livre ci-dessous une liste non exhaustive :

  • Les lieux
  • Le passé
  • Les coutumes
  • Les tenues vestimentaires
  • Le langage
  • Les objets, les animaux, les créatures en tous genres
  • Le niveau scientifique
  • Le climat, etc.

Bien que l’édification d’un univers réaliste et cohérent se révèle indispensable à une histoire susceptible de passionner, vous ne devez pas oublier qu’il ne représente que le décor et que le fond de votre roman se trouve dans l’intrigue, c’est-à-dire dans les interactions entre les personnages. L’aventure doit capter votre lecteur, le monde n’en reste que le support. Méfiez-vous d’être emporté par votre terre imaginaire aux dépens de votre trame. Ce microcosme doit uniquement servir votre conte et non pas le supplanter.

Pour autant, vous devez garder à l’esprit qu’un univers bien travaillé offre une base essentielle pour créer des héros attachants ou exaspérants et donne envie à vos lecteurs d’en découvrir toujours plus.

Je ne m’appesantis pas plus sur la toile de fond nécessaire à un roman contemporain ou même historique qui se déroule sur notre terre. Je pense que chacun d’entre vous a bien compris l’enjeu. En revanche, je vais tenter de vous donner quelques pistes supplémentaires pour l’édification plus complexe d’un monde irréel. Dans ce cas, tout est à imaginer, à développer et à construire pour offrir une vraie cohérence à votre récit avant de le raconter.

Pour imaginer votre univers, vous ne devez vous mettre aucune limite. Noter toutes les idées qui vous viennent à l’esprit, qu’il s’agisse de particularités d’un peuple, de lieux, de techniques de sorcellerie, d’objets magiques… Ne vous censurez pas. Laissez vous porter par votre créativité et gardez toutes vos théories même si elles vous paraissent inutiles. Vous serez peut-être étonné de vous apercevoir au cours de votre récit qu’elles trouvent une place de choix dans votre monde.

Pour développer et construire votre concept, vous commencerez par trier vos listes préétablies, mais toujours sans rien supprimer. Ces notions si elles ne conviennent pas à votre roman actuel pourront peut-être vous servir pour une future histoire. Ensuite, vous creusez chacun des thèmes retenus dans toutes les directions possibles. À ce stade, vous vous apercevrez immanquablement que certaines idées ne s’intègrent pas dans votre projet.

Pour plus d’efficacité, vous pouvez choisir d’approfondir chacune de vos pistes en les incluant dans des domaines. Je vous cite pêle-mêle certains axes, mais vous restez libre d’organiser votre travail différemment :

  • La géographie
  • Les personnages.
  • La société avec ses aspects économique, politique, culturel et sa langue
  • Le passé, les origines.
  • La flore et la faune
  • Le surnaturel avec la magie, les religions et les croyances

Ensuite, vous vous attellerez à développer chacun de ces points.

Pour la géographie, je vous conseille de débuter en dessinant une ébauche de votre monde. Je ne vous demande pas de vous transformer en un cartographe professionnel, un schéma vous servant à vous repérer suffira. À vos yeux, cette première démarche rendra votre univers beaucoup plus réel. Vous lui donnez vie.

Pour créer les personnages, commencez par vous attarder sur leurs aspects physiques, leurs caractéristiques psychologiques, leurs métabolismes, leurs alimentations.

Puis incluez-les dans un peuple spécifique partageant les mêmes origines (n’hésitez pas à établir une frise chronologique qui vous permettra de correctement situer la naissance de votre monde et son passé. Elle vous évitera les incohérences), des modes de vie, des langues et des cultures identiques avant de leur attribuer un territoire, lui-même défini par une politique, une économie et un gouvernement

Pour la flore et la faune, suivez un schéma descriptif similaire à celui des personnages.

Il ne vous reste plus que toute la partie surnaturelle, qui n’a pas encore été abordée dans les concepts précédents, à peaufiner. Probablement que dans chacun des points antérieurs en allant de la géographie en passant par les héros pour finir par les animaux, vous aurez déjà développé dans vos exposés des caractéristiques offrant à votre intrigue un cadre magique.

Vous avez réussi ! Votre univers existe ! Vous pouvez vous lancer et raconter votre histoire. Au fil des mots, vous vous apercevrez que beaucoup de détails restent à régler. Vous ajouterez, modifierez et enlèverez des éléments, mais votre monde vous appartient et rien ne vous interdit de bifurquer comme bon vous semble. En revanche, n’oubliez jamais de vérifier que votre changement ne crée pas une incohérence dans votre toile de fond.

Vous êtes le maître à bord.

Pour suivre tous les conseils, toutes les actualités et bénéficier de nombreux avantages : inscris toi ici à la Newsletter. 

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *