Ecrire un roman est aussi une question d’organisation

S’organiser : le maître mot pour réussir à mener à bien ce projet de longue haleine.

L’écriture d’un roman s’apparente à l’escalade d’un haut sommet pour un alpiniste chevronné.

Ce sportif aventurier ne monte pas l’Everest, le premier jour où il chausse des crampons. Il acquiert sur de nombreux mois les techniques de sa pratique. Il commence par de simples murs avant de s’attaquer progressivement à des cimes plus importantes.

Écrire une histoire nécessite pareillement de se fixer graduellement des objectifs et de préparer son voyage.

Avant de partir, le montagnard étudie puis achète le meilleur matériel. Ensuite, il le vérifie et s’y habitue. Il se penche également sur les expéditions de ses prédécesseurs. Il décortique les cartes et toutes les voix qui s’offrent à lui pour parvenir à ce sommet. Il estime le temps indispensable à la réalisation de son exploit et se fixe des étapes intermédiaires. Bien souvent, il effectue un premier essai en cordée. Quoi de plus enrichissant que de profiter de l’accompagnement de quelqu’un qui a déjà réussi à atteindre cet objectif énorme ?

Par la suite, nous pouvons parier que plusieurs tentatives s’avéreront nécessaires avant de pouvoir planter son drapeau sur la cime de cette montagne tant convoitée.

Gardez à l’esprit ce parallèle et dites-vous bien que vous aussi en vous lançant dans l’écriture d’un roman vous vous attaquez à un pic difficile à gagner. Le découragement vous guettera et vous vous demanderez : « à quoi bon ? »

À réaliser votre rêve ! Et c’est possible, si vous savez vous organiser.

Chaque auteur à ses propres méthodes, mais une d’entre elles revient très souvent : écrire tous les jours.

Effectivement, toujours pour m’appuyer sur notre alpiniste, il ne montra pas l’Everest s’il n’a pas entretenu quotidiennement ses muscles. Pour l’écriture, le principe reste le même. Plus vous tapez sur votre clavier, plus votre cerveau s’y lance facilement et plus vous arrivez à aligner un nombre de mots plus important sur un même laps de temps. La maxime : « C’est en forgeant que l’on devient forgeron » s’applique aussi à cet art.

Là, surtout si vous travaillez à l’extérieur et que vous avez des enfants, je vous entends déjà crier ou vous décourager. Comment pourrez-vous trouver du temps dans vos 24 heures surchargées pour placer ce moment d’écriture ? Je ne vous annonce pas que vous devez y consacrer 3 heures par jour. Même si vous n’arrivez à isoler qu’un quart d’heure ou une demi-heure, cela suffit. Ce sont les petites rivières qui alimentent les fleuves. En 30 minutes, vous pouvez rédiger entre 250 et 500 mots. La taille minimum d’un roman (en dessous, nous approchons plus du format de la nouvelle) se situe vers les 50 000 mots. Donc pour construire une histoire susceptible de satisfaire vos futurs lecteurs et en tenant compte des suppressions qu’entraînent immanquablement les révisions et les corrections, si votre premier jet cumule 70 000 mots, vous empruntez le bon chemin. Je sais que vous êtes probablement plus un ou une littéraire si vous êtes en train de suivre ma prose, mais ce petit exercice de mathématiques tout simple ne vous tuera pas :

En écrivant une demi-heure par jour, soit 500 mots, en moins de 5 mois, vous avez fini votre roman. Vous pouvez appliquer le même calcul si vous n’arrivez à ne vous ménager qu’un quart d’heure, et vous constatez quand moins d’un an, vous avez atteint votre but.

Si l’un ou l’une d’entre vous m’assure qu’il ne peut absolument pas trouver ce temps minimum, je crois pouvoir dire qu’il s’autosabote et que par peur d’échouer, il refuse de s’y risquer. En effet, si vous acceptez de regarder votre agenda avec honnêteté, vous ne pouvez pas nier que vous consacrez probablement plus de 15 minutes par jour à surfer sur le Net, à visionner des séries, à conduire, à patienter dans la salle d’attente d’un médecin… Vous avez toujours à portée de main votre téléphone, vous pouvez donc vous enregistrer ou prendre des notes.

Mais si décidément, vous ne concevez cet exercice que dans un cadre serein et aménagé en conséquence, vous pouvez inscrire cette bulle de bien-être sur votre planning et exigez que votre entourage la respecte. Vous considérez que vos séances de sports hebdomadaires sont cruciales pour votre équilibre et votre famille s’y conforme. Si vous affichez la même détermination pour le temps que vous souhaitez consacrer à l’écriture, vos enfants et votre conjoint vous suivront.

Un autre point me paraît indispensable pour réussir à avancer dans votre projet : ne vous relisez jamais.

Je m’explique. Si vous écrivez tous les jours, vous avez à l’esprit ce que vous avez rédigé la veille. Vous n’avez donc pas besoin de revenir dessus et je vous conseille de l’éviter. En effet, lorsque nous repassons sur des chapitres fraîchement créés, la tendance habituelle consiste à trouver nos derniers mots terriblement mauvais. Résultat, si vous replongez le lendemain dans vos phrases, vous allez vouloir tout reprendre ou être tenté de tout jeter au panier. Ce comportement ne permet pas d’avancer et de plus, il se construit sur un postulat faux. Les paragraphes que vous avez posés sur votre écran il y a moins de 24 heures peuvent se révéler très corrects, mais ils vous appartiennent encore. Laissez au temps, la possibilité de les dissocier de vous et quelques semaines plus tard, votre ressenti sera probablement totalement différent. Vous pourriez même être heureusement surpris de constater que vous avez su décrire de telles émotions ou de si bons personnages.

Un autre conseil : créez-vous un cocon dans lequel vous vous retirez pour écrire avec enthousiasme.

Votre passion doit rester un plaisir. Si vous devez vous contenter du coin de la table de la cuisine, vous aurez peut-être souvent tendance à procrastiner. En revanche si votre antre personnel vous attire, vous serez plus enclin à le rejoindre. Cet espace peut ne se composer que de votre fauteuil préféré accompagné d’un meuble minimaliste. Si ce dernier élément est muni d’une porte fermant à clé, vous vous trouverez dans une très bonne configuration. Il vous permettra de mettre vos trésors à l’abri des petites mains qui traînent peut-être chez vous. Faites comprendre autour de vous que ce lieu vous est quasiment réservé. Interdiction de vous piquer votre trône et interdiction de toucher à votre matériel que vous y abandonnez tous les jours. Vous y laisserez votre PC, un support pour prendre quelques notes, quelques stylos et l’indispensable casque audio qui vous offrira l’isolement auditif nécessaire.

Voilà, vous êtes prêt à vous lancez dans votre projet si souvent repoussez ! Et si vous êtes convaincus que pour ce démarrage vous vous sentiriez bien mieux en cordée, Plumélanie se tient à votre disposition pour vous mener vers le sommet que vous convoitez.

Pour suivre tous les conseils, toutes les actualités et bénéficier de nombreux avantages : inscris toi ici à la Newsletter. 

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *